31477303
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

      Dates à retenir:

 

 

 

Tous les vendredis, à 18h Place de la Mairie à ABBEVILLE 

 Novissen répond à l'appel des coquelicots

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/ 

*****************

 

 

Gardons le contact

 

          est le bulletin d'info publié                  régulièrement par NOVISSEN            et envoyé à ses adhérents.

Lisez-le et partagez-le!

 

 n° 99  février 2018

1

Emile Vak !

Sous ce pseudonyme, Bernard, notre artiste, nous régale de ses créations ... 

 

 

Pour revoir nos conférences:

 

  2015

Marc Dufumier: 33333

                   La conférence

                                    Questions de la salle 1 

                                  Question de la salle 2

2016

Alain Vaillant

Fabrice Nicolino

Jocelyne Porcher

 

  2017

Hervé Kempf

Jean Michel Jedraszak

Claude Brémard

Gérard Le Puill

 

  2018

Olivier Nouaillas

André Cicolella

François Veillerette

Laurent Pinatel

Claude Kaiser

 

France bleu  le 13 juin 2019

 

Drucat : 50 “pisseurs de glyphosate” analysent leur urine

 

Jeudi 13 juin 2019 à 5:59 - 
Par France Bleu Picardie

 

 

 

50 volontaires ont participé mercredi matin à une opération d'analyse d'urine à Drucat, près d’Abbeville. Avec pour but de connaitre le taux d’imprégnation de glyphosate dans leur organisme !

Principe actif d'herbicides comme le Roundup, le glyphosate est suspecté d'être cancérigènePrincipe actif d'herbicides comme le Roundup, le glyphosate est suspecté d'être cancérigène © Radio France - Lagain Aurelie

 

Drucat, France

La Picardie n’échappe pas au glyphosate ! Présent notamment dans le Roundup de Monsanto, l’herbicide le plus utilisé au monde s’invite régulièrement dans les produits de notre alimentation, ou même dans l’air que nous respirons. Pour connaitre leur exposition au glyphosate, 50 volontaires samariens ont donc répondu à l’appel de l’association Novissen pour participer au prélèvement de leur urine, une première en Picardie ! Réunis dés 6h du matin dans la salle polyvalente de Drucat, juste à côté de la ferme des 1 000 vaches, les participants ont suivi un processus très strict, le test s'effectuant à jeun, contrôlé par un huissier de justice. Pour faire le test, chaque "pisseur" devait payer la somme de 85 euros, couvant les frais d'analyse.

Des motivations multiples, un but commun

Parmi les raisons notamment invoquées par les participants, la volonté de lancer une alerte sur les dangers du glyphosate : "j'ai l'impression que c'est de pire en pire. Alors que tout le monde est au courant depuis longtemps sur les dangers des pesticides", note amèrement Françoise, une retraitée venue de Ault.  Egalement à la retraite, Claudine s'est déplacée pour qu'on puisse bientôt "découvrir le vrai problème du glyphosate." Avec ce souhait : "revenir en arrière" en désignant les années 60, avant le développement de l'agriculture intensive. 

Mais l'inquiétude gagne également les parents ! Aurélie espère que ce dépistage permettra une évolution des pratiques agricoles. "C'est un geste plus fort que de signer une pétition. Je sais que ça prendra du temps mais je fais ça pour l'avenir et les générations futures" indique celle qui est venue faire le test avec sa fille de huit ans.

Ces motivations sont en tout cas fondées : sur les études similaires déjà menées dans les autres régions, 100% des participants possédaient du glyphosate dans leur organisme. Et si il est encore impossible d'affirmer l'exacte corrélation entre cette substance présente dans notre corps et le développement d'un cancers, les associations de défense de l'environnement montent au créneau, comme le montre Francis Chastagné, porte-parole de l'association Novissen.

Ensemble, nous pouvons changer de cap, en rejetant certains produits alimentaires, en fonction de leur composition. Il faut retrouver un véritable pacte agricole, avec des produits plus sains. 

Après les analyses, quelles suites ? 

Recueillie dans des fioles, l'urine des participants va désormais être envoyée dans le laboratoire Biocheck, en AllemagneLes résultats seront communiqués le dimanche 8 septembre à Drucat lors de la fête des anti 1000 vaches, organisée par l'association Novissen. Si les taux de glyphosate sont élevés, les participants de l'opération porteront plainte contre les fabricants des pesticides mais aussi contre l'Etat, qui a donné son feu vert pour la vente de ces produits. En France, près de 500 plaintes ont déjà été déposées devant la justice. Pour sa part, Emmanuel Macron est revenu sur son interdiction d'interdire le Roundup d'ici 2021.

 

********************************

 

 

Courrier Picard du 18 mai 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Courrier Picard du 17 mai 2018