31477303
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

      Dates à retenir

7 mai 2022 

Dédicace du dernier livre Novissen

************

 10 mai 2022

Projection du film

"Les 10 ans de lutte et la victoire"

*****************

 

 

Gardons le contact

 

          est le bulletin d'info publié                  régulièrement par NOVISSEN            et envoyé à ses adhérents.

Lisez-le et partagez-le!

 

 n° 99  février 2018

1

Emile Vak !

Sous ce pseudonyme, Bernard, notre artiste, nous régale de ses créations ... 

 

 

Pour revoir nos conférences:

 

  2015

Marc Dufumier: 33333

                   La conférence

                                    Questions de la salle 1 

                                  Question de la salle 2

2016

Alain Vaillant

Fabrice Nicolino

Jocelyne Porcher

 

  2017

Hervé Kempf

Jean Michel Jedraszak

Claude Brémard

Gérard Le Puill

 

  2018

Olivier Nouaillas

André Cicolella

François Veillerette

Laurent Pinatel

Claude Kaiser

 

2019

Gaspard d'Allens

 

NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement

 

Après 10 de lutte et la victoire, NOVISSEN propose au début du mois de Mai 2022 

2 rencontres événements :

 

1 - Samedi 7 mai de 10h à 12h et de 14h à 18h

 

La dédicace du livre "Novissen 10 ans de lutte et la victoire"

seront présents les présidents successifs : Michel KFOURY, Francis CHASTAGNER et le dessinateur Bernard DUFOUR

 

à la librairie Studio Livres : Place Max Lejeune ABBEVILLE

 

2 - Mardi 10 Mai à 20h

 

La projection du film " les 10 ans de lutte et la victoire"

 

au cinéma LE REX : Place Clémenceau ABBEVILLE

 

A l'issue de cette séance, un moment convivial réunissant les adhérents et sympathisants de Novissen et les associations amies, se tiendra à la Salle des Carmes.

 

Faute d'avoir pu organiser en 2021 une vraie fête en raison de la pandémie, ces deux événements permettront à l'Association Novissen d'organiser un échange avec le public autour du livre et du film, et de partager avec tous nos soutiens un moment convivial.

 

 

 

 

*******************

 Les éditions NOVISSEN viennent de faire paraître leur 3ème livre.

Pour plus d'infos et comment se le procurer voir la page "Livres Novissen" 

 

 

Et en complément ! un film des 10 années de Novissen a été réalisé !  Vous le trouverez sur Youtube à l’adresse suivante :
https://www.youtube.com/watch?v=T16GJ--Onus

Il est intitulé "les 10 ans de Novissen : Lutte et victoire contre le projet dit des 1000 vaches", et il dure 1h30. Il nous fait revivre les grands moments de ce combat, inoubliable pour beaucoup !

 

 

A cause de la crise sanitaire

La fête prévue le 5 septembre

est reportée en 2022

 

 

 

 

 

*******************

Ferme des 1000 vaches.

L'offre de la fondation Brigitte Bardot d'accueillir les vaches, refusée

Plus d'infos dans la rubrique "Presse"

 

 Par un communiqué, en date du 04 12 2020, l'Usine des 1000 vaches annonce stopper son activité laitière

 

 

 

Communiqué de presse de l’association Novissen

 

Le 04 12 2020

Après 10 années de lutte, enfin la victoire.

 

L’association Novissen qui lutte depuis 10 ans contre le projet industriel dit des « 1000 vaches » apprend avec grande satisfaction en ce vendredi 4 décembre 2020 la décision de son promoteur d’arrêter son activité laitière au 01 janvier 2021.

L’Etat de droit a enfin prévalu puisqu’une décision de justice de la Cour d’Appel Administrative de Douai avait imposé en novembre 2019 le retour aux 500 vaches autorisées au lieu des 800  exploitées illégalement depuis 2015 et le paiement des amendes.

La rentabilité de l’usine à vaches n’étant pas assurée en dessous de 1000 vaches selon l’exploitant, la seule solution était pour lui de mettre la clé sous la porte.

Novissen a dénoncé ce genre de projet comme non viable dès le début. Il implique des investissements énormes qui ne peuvent être amortis que dans une course effrénée à la production, sans tenir compte du bien-être animal – les animaux ne sortent jamais et sont soumis à des cadences infernales – et des effets collatéraux sur le dérèglement climatique : bilan carbone désastreux, production de GES dont le méthane, import de soja OGM d’Amérique du sud…

Par cette victoire, l’association Novissen espère donner courage à toutes les luttes en cours pour une véritable transition agricole, pour un élevage respectueux des animaux, de l’environnement, des éleveurs et des consommateurs.

Novissen remercie chaleureusement toutes celles et ceux qui ont participé de près ou de loin à cette lutte exemplaire et particulièrement la Confédération Paysanne dont l’intervention a été décisive. L’association reste vigilante et plus que jamais aux côtés de toutes celles et ceux engagés au quotidien pour que naisse un autre monde, plus humain, plus fraternel et soucieux du sort animal comme de la nature qui reste notre berceau.

 

************** 

Vivons-nous encore dans un Etat de droit ?

 

 

Cela fait maintenant 10 ans que Novissen se bat contre le projet de la société de BTP Ramery dit « des 1000 vaches » à Drucat près d’Abbeville.

Après maintes péripéties judiciaires, il y a exactement un an le 19 novembre 2019, la Cour Administrative d'Appel de Douai donnait raison aux autorités de l'Etat en annulant les décisions du Tribunal Administratif d'Amiens de 2017.  L’illégalité de l’usine était donc enfin officiellement reconnue!

Mais depuis cette date, rien.

L’usine à vaches continue de produire avec ses vaches illégales sans que les autorités interviennent et la Préfecture de la Somme  reste totalement muette malgré nos multiples demandes d’informations et de rendez-vous.

 

Cela est totalement inacceptable et constitue une atteinte grave à notre démocratie.

 

Les décisions de justice doivent être appliquées sans délai et l'usine des 1000 vaches DOIT ramener son troupeau à 500 vaches comme elle DOIT régler ses amendes.

Y aurait-il des citoyens au-dessus des lois et des décisions de justice ?

 

Malgré le confinement et la crise sanitaire qui désole et déchire le monde en son entier et notre pays en particulier, l’association Novissen reste mobilisée et vigilante pour le monde à venir. De nombreux experts mettent en garde contre de nouvelles pandémies possibles liées aux élevages industriels dénoncés comme de véritables paradis pour les virus. Il nous faut attaquer le mal à la racine et remettre en question radicalement nos modes de production délétères.

Le combat de Novissen est plus que jamais légitime et l’association demande à rencontrer d’urgence la Préfète de la Somme Madame Nguyen et la Ministre de la Transition écologique Madame Barbara Pompili pour que le droit soit respecté et qu’enfin la taille critique des élevages  soit mise en question pour le respect du bien être animal, de l’environnement et la protection sanitaire de tous.

 

Le même communiqué lu par différents membres du CA, en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=ObKcC47kLuQ

 

 

*********************************

 

L’année 2019 s’est donc bien terminée pour Novissen, avec deux décisions de Justice qui vont dans son sens :


-La Cour d’Appel de Douai a confirmé l’illégalité actuelle de l’usine (elle est en dépassement de plus de 300 vaches). Les amendes sont dues, soit au total plus de 1,3 million d’euros, et l'astreinte de 780€ par jour se poursuit…tant qu’il n’y a pas retour aux 500 vaches autorisées.


-Le Tribunal Administratif d’Amiens a rejeté la demande exorbitante de l'exploitant : 33 millions d’euros pour lenteur administrative de la part de l’Etat…


Mais rien n’est réglé pour autant !


Novissen a rencontré le Sous-préfet d’Abbeville le 7 janvier dernier, et nous sommes sortis de cette rencontre très frustrés : rien de concret ne nous a été présenté pour recouvrer les amendes et faire pression sur l’industriel pour un retour aux 500 vaches légales…


Nous avons donc décidé de mobiliser toutes nos forces pour que l’Etat prenne rapidement ses responsabilités.


Un rendez-vous dans les plus brefs délais a été demandé à la Préfète de la Somme, Madame Muriel NGUYEN.


Une action de grande envergure est lancée auprès de nos 3200 adhérent(e)s et de toutes les associations qui nous soutiennent :


Il s’agit d’écrire deux lettres, soit par internet, soit par envoi postal, d’ici fin janvier, l'une à la Ministre de l’Ecologie, Madame Elisabeth Borne, et l’autre à Madame la Préfète de la Somme, pour demander que le droit soit respecté, et que les autorités publiques mettent tout en œuvre pour obtenir le paiement des amendes dues et le retour aux 500 vaches.
Vous trouverez les adresses ci-dessous:

 Adresses pour la Ministre :
par internet : https://contact.ecologique-solidaire.gouv.fr
par voie postale : 246, Boulevard Saint-Germain - 75007 Paris

Adresses pour la Préfète :
par internet : pref-courrier@somme.gouv.fr
Par voie postale : Préfecture de la Somme – 51, rue de la République - 80000 Amiens cedex 09

Pour la Ministre, il est vrai que l’envoi par internet réserve des difficultés. Il faut s’identifier, et la page qui apparaît pour le faire n’est pas toujours la même. Nous en sommes désolés, mais nous n’y pouvons rien… Merci de réessayer, en cliquant sur le lien donné ci-dessous. Puis vous descendez tout en bas de la page, vous notez votre adresse-mail, et vous cliquez sur « valider ». Vous allez ensuite dans votre boîte de réception, et vous cliquez sur le lien qui vous est envoyé. La suite est laissée à votre appréciation. Si, malgré tout, cela s’avère trop compliqué, nous suggérons de prendre plutôt la voie postale.

Texte proposé en exemple :

(Lieu, date ) Madame la ….(à compléter)
J'ai appris qu'en novembre dernier, la Cour Administrative d'Appel de Douai avait reconnu le caractère illégal de l'usine des 1000 vaches qui exploite depuis 5 ans 880 vaches au lieu des 500 autorisées en 2013.
Je vous demande que le droit soit enfin respecté et que les autorités publiques mettent rapidement tout en oeuvre pour faire appliquer la loi et obtenir le paiement des amendes dues ainsi que la limitation à 500 vaches.
Je vous prie d'agréer, Madame la ….(à compléter) , l'expression de mes respectueuses salutations (pour la Préfète)/ ou de ma haute considération (pour la Ministre).
Vos nom, prénom, adresse postale.

 

 

*******************************

La mobilisation citoyenne peut être efficace !

1000 vaches : usine illégale

affirme la Cour d’Appel de Douai !

 

Enfin, les conclusions de la Cour Administrative d’Appel de Douai sont tombées dans un jugement sur le fond opposant la Préfecture et le Ministère de l’Environnement à la SCEA Côte de la Justice (!) gérant l’usine des 1000 vaches.


Et la surprise est de taille pour toutes celles et ceux qui pensaient l’affaire enterrée pour de bon avec un exploitant gagnant à tous les coups sur le plan judiciaire…


Novissen a tenu bon même si la colère et la frustation ont été grandes en juin 2017 lorsque le Tribunal Administratif d’Amiens a annulé les sanctions financières imposées par la Préfète Nicole Klein pour dépassement illégal de cheptel : 7800€ d’amendes plus des astreintes de 780€ par jour.


Dès juin 2015, nous avions dénoncé l’illégalité de la ferme-usine où, quotidiennement, le compteur du robot de traite dépassait les 800 vaches, au lieu des 500 autorisées par la Préfecture en 2013. Et la dénonciation s'est avérée exacte.


Accord tacite avec la Préfecture ! a répondu l’exploitant qui réclame, en outre, aujourd’hui 33 millions d’euros à l’Etat – c’est-à-dire à nous, les contribuables – pour lenteur dans la procédure !

 

Pour Novissen, la situation était claire : soit il y avait une manœuvre frauduleuse de la SCEA Côte de la Justice, soit la Préfecture avait effectivement laissé tomber le dossier et permis un accord tacite…en se moquant du droit et des citoyens !


Nous avons donc agi pour pousser la Préfecture et le Ministère de l’Environnement à faire appel en août 2017 (et non 2018 comme l’indique la presse locale), ce que fit finalement Nicolas Hulot cinq jours avant son départ. Nous nous sommes associés à cet appel en tant qu’association, avec d’autres comme "Picardie Nature", "L214", le "MNLE", le réseau "Homme et Nature", la "Confédération Paysanne".


Plus de deux ans après, c’est donc le coup de théâtre !


On revient à la situation de 2015 : l’amende de 7800€ doit être payée, et si l’exploitant ne revient pas au maximum de 500 vaches autorisées, il doit payer une astreinte financière de 780€ par jour. L’exploitant peut encore faire appel en Conseil d’Etat, mais l’appel n’est pas suspensif, et les amendes doivent être réglées dès maintenant.  Les amendes et astreintes sont dues depuis le début, soit le 28 août 2015 . Après un rapide calcul  le somme due à fin décembre 2019 sera de 1 300 000€ sans compter les pénalités de retard si elles son appliquées.


Novissen se réjouit d’avoir enfin été entendue, et attend des autorités de l’Etat de rétablir le droit ! 

Merci à tous et toutes !! C’est par vos présences, vos dons, vos participations, vos encouragements, quelle qu’en soit l’importance mais tous rassemblés, que l’équipe de Novissen a pu tenir encore et encore. Chacun et chacune se reconnaîtra !



 

***********

 

 

Novissen répond à l’appel des coquelicots !


https://nousvoulonsdescoquelicots.org/


Nous vous donnons un premier rendez-vous le vendredi 5 octobre à 18h à Abbeville, sur la place de la Mairie, pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse !


Nous y serons ensuite le 1er vendredi de chaque mois, pour bien marquer notre détermination à faire cesser ce scandale de la mise en danger de la santé publique pour cause d’agro-business ! Portons tous des coquelicots, et réfléchissons aux actions !

 

 

************************************************

 

 

 

  


Solidarité

 

NON à la multiplication de projets insoutenables de poulaillers industriels !

Signez les pétitions ci-dessous :

Élevage d’Acquin-Westbécourt (Pas de Calais)

Élevage de Bressolles (Allier)

Élevages de Noiron sur Bèze (Côtes d’Or)

 

 

 

 

 

 

 

A voir, à lire 

Sur ARTE : La planète lait : Comment les vaches sont-elles devenues les fournisseurs d’une industrie hautement technologique ?

 

Sur France 5 : Le champ des possibles : 3 plein d'optimisme ces agriculteurs dans l'échec qui décident de changer leurs méthodes 

 

Reporterre, le quotidien de l'écologie:  La crise écologique est plus aiguë que jamais. Le monde va devoir changer.

 

 

Liens 

Un film des 10 années de Novissen a été réalisé !  Vous le trouverez sur Youtube à l’adresse suivante :

https://www.youtube.com/watch?v=T16GJ--Onus

 

Faire avancer la démocratie alimentaire

 

 En suivant ce lien: 

https://www.bastamag.net/Des-prairies-au-caddie-le-prix

 

Les vaches (libres et en plein air) aiment « La ferme aux 1000 terroirs »

 

Agriculteurs européens : les raisons de la colère

 

Contenu

 

 

Contenu

 

Le Journal d'Abbeville le 11 mai 2022

Le Courrier Picard le 09 mai 2022

 

Novissen à Abbeville: le combat contre la ferme des Mille-vaches gagné, mais pas tout à fait terminé

 

Après un peu plus d’un an de silence médiatique, l’association Novissen signe son retour avec un ouvrage et un film, relatant ses dix ans de lutte contre la ferme dite des Mille-vaches. L’occasion pour elle de montrer qu’elle existe toujours et au-delà qu’elle reste active.

 

 

Mis en ligne le 9/05/2022 à 15:53 

 

par Nasséra Lounassi

 

 

L’année 2021 a permis à l’association Novissen de travailler à la rédaction d’un ouvrage et la réalisation d’un film retraçant son combat contre la ferme des Milles vaches.

 

La dernière fois que Novissen s’était exprimée publiquement, c’était en décembre 2020 lorsqu’elle apprenait que la ferme des Mille-vaches, située à Buigny-Saint-Maclou et Drucat, allait cesser son activité laitière le 1er janvier 2021. L’association, opposée depuis la première heure à ce projet, imaginé par Michel Ramery, entrepreneur de travaux publics décédé en 2016, et qui a accueilli jusqu’à 800 vaches (plus leur suite, les veaux et les génisses), s’était alors réjouie à l’annonce de la nouvelle.

 

Depuis, elle n’avait plus fait parler d’elle. Son combat contre la ferme gagné, sur fond de pandémie de Covid-19, on pouvait imaginer légitimement que Novissen, forte de 3 200 adhérents, serait mise en sommeil, voire cesserait d’exister. Eh bien non !

 

Pas de fête de la fin des Mille vaches, mais un livre et un film

 

L’association a profité de l’année 2021 pour se consacrer à la rédaction d’un ouvrage et la réalisation d’un film intitulés tous deux 10 ans de lutte et la victoire. «  On avait voulu organiser, en septembre 2021, une fête de la fin des Mille-vaches mais à cause de la crise sanitaire, on a dû l’annuler, relate Philippe Sallé, chargé de communication au sein de l’association. C’est ainsi qu’on a eu l’idée de ce nouveau projet.  » «  On a eu envie de revenir sur notre lutte, les raisons qui nous ont poussés à la mener, nos actions, les soutiens que l’on a reçus. C’est une synthèse de tout ce que l’on a accompli en une décennie et qui a valeur de témoignage », complète Francis Chastagner, ancien président de l’association. Le livre et le documentaire achevés, les membres de Novissen se sont néanmoins interrogés sur la nécessité de poursuivre ou non son activité.

 

Le sort de l’association décidé en novembre

 

Lors de l’assemblée générale en novembre dernier, il a été décidé de la prolonger d’un an. «  On s’est dit qu’il y avait encore des points sur lesquels on attendait des réponses comme le non-paiement des astreintes par la société Ramery. On se demande ce que sont devenues les vaches et ce qui va se passer pour les bâtiments  », indique Hervé Farcy, membre du collège administrant Novissen.

 

La préfète de la Somme de l’époque, Nicole Klein, avait infligé à la société, en août 2015, une amende de 7 800 euros et 780 euros d’astreintes journalières : le cheptel était passé de 500 à 796 vaches alors que l’autorisation d’exploiter avait été donnée pour 500. Ces astreintes ont été suspendues par l’exploitant, qui a obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif en janvier 2016. Revirement de situation en novembre 2019 lorsque la cour administrative de Douai a imposé le retour à 500 vaches.

 

Une réunion s’est tenue à ce sujet en janvier dernier entre des représentants de l’association, de la préfecture de la Somme et le sous-préfet d’Abbeville. Novissen estime ne pas avoir obtenu de réponses suffisamment précises à ses interrogations. «  Ils s’étaient engagés à nous donner des éléments, mais nous n’avons rien eu de probant. En revanche, on nous a affirmé que le dossier n’était pas enterré, c’est déjà une bonne chose », martèle l’ancien président. Sans nouvelles depuis, il a adressé, il y a quelques jours, un courrier à la Préfecture. Et ensuite ? Il faudra attendre la prochaine assemblée générale en novembre pour connaître le sort qui sera réservé à Novissen. «  Il est difficile à l’heure actuelle de dire ce qui va être décidé. Peut-être arrêtera-t-on, peut-être pas… Tout dépendra de la situation, des informations que nous aurons reçues d’ici là. Mais si on devait se mobiliser pour un nouveau combat, on est là. Les braises sont encore chaudes !  », conclut Francis Chastagner.

 

Le film projeté ce mardi 10 mai 2022

 

 

 

Le livre, de près de 300 pages, a nécessité huit mois de travail. Se composant de dix chapitres correspondant chacun à une année ; de photos ; dessins et coupures de presse, il revient dans le détail et de manière chronologique sur le combat de Novissen. «  Initialement, on partait plutôt sur un ouvrage de 350 pages, mais ça faisait trop. Il a fallu donc aller à l’essentiel car il y avait énormément de matière  », souligne Francis Chastagner, ancien président de l’association. Une discipline que s’est imposée, à son tour, Philippe Sallé, chargé de communication, lorsqu’il a travaillé sur le film. «  Il n’y a pas de choses nouvelles à proprement dit. Nous avons réuni tout ce que nous avions dans nos archives. Mais il fallait veiller à ce que ce soit compréhensible et complet, qu’il n’y ait pas de souci sur le plan juridique et que ce ne soit pas trop long.  »

 

Film « 10 ans de lutte, la victoire », mardi 10 mai, à 20 heures, au Rex. Entrée libre. À 21 h 40 : moment de convivialité, salle des Carmes

 

Le sous-préfet répond aux questions point par point

 

Lundi, Mai 9, 2022 - 15:49

 

Philippe Fournier-Montgieux, le sous-préfet de l’arrondissement d’Abbeville, a rencontré les membres de l’association Novissen lors d’une réunion le 24 janvier dernier. Il rappelle qu’un comité local d’information, associant l’exploitant de la ferme, avait été mis en place mais que ce dernier «  ne souhaite plus participer à ce type de réunion  ».

 

Ce qui n’empêche pas le sous-préfet de répondre point par point aux interrogations de l’association. Le sort des vaches ? «  Elles ont été vendues pour être engraissées puis abattues.  » Les amendes infligées à l’exploitant ? «  Il a payé l’amende à hauteur de 7 800 euros. Pour les astreintes, c’est plus compliqué, observe Philippe Fournier-Montgieux. Le ministère de l’Écologie a été interrogé car il y a des difficultés à déterminer la période au cours de laquelle il y a eu un dépassement des 500 vaches autorisées.  »

 

Enfin, sur la question de l’avenir du site, il indique qu’un groupement d’agriculteurs porte un projet de création d’un méthaniseur sur le site. Un projet que l’exploitant avait aussi porté sans succès lorsque le site était encore en fonctionnement.