31477303
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

        Dates à retenir:

 

9 septembre 2018

à partir de 9h

salle polyvalente

de Drucat-Le-Plessiel

 

5ème fête

des anti 1000 vaches

Conférence  de Laurent Pinatel

 

Nous vous attendons nombreux! 

Gardons le contact

 

          est le bulletin d'info publié                  régulièrement par NOVISSEN            et envoyé à ses adhérents.

Lisez-le et partagez-le!

 

 n° 99  février 2018

1

Emile Vak !

Sous ce pseudonyme, Bernard, notre artiste, nous régale de ses créations ... 

 

 

Pour revoir nos conférences:

 

  2015

Marc Dufumier: 33333

                   La conférence

                                    Questions de la salle 1 

                                  Question de la salle 2

2016

Alain Vaillant

Fabrice Nicolino

Jocelyne Porcher

 

  2017

Hervé Kempf

Jean Michel Jedraszak

Claude Brémard

Gérard Le Puill

 

  2018

Olivier Nouaillas

André Cicolella

François Veillerette

 

Articles de journaux et émissions suscités par le projet dit "des 1000 vaches"
 
 à partir de janvier 2013  
N.B. Les articles les plus anciens sont au bas de la page.
Le chargement de cette page peut demander quelques instants. Merci de patienter.

*****************************************************************

"La Baleine" (bulletin des Amis de la Terre) n°174 de décembre 2013   

"De la Surconsommation à l'économie de convivialité".
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

*****************************************************************

"Le Courrier Picard" du 17 décembre 2013

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                                                         

*****************************************************************

Les anti-Mille vaches mobilisés devant le conseil régional

Une quarantaine de membres des anti-Mille vaches ont réclamé hier un moratoire afin de stopper le chantier en cours au Nord d'Abbeville. 

« Le silence vient d'en haut, alors le fracas viendra d'en bas ! »... Pancartes explicites sur le dos, une quarantaine de membres de l'association Novissen, les anti-Mille vaches de Picardie, étaient mobilisés hier devant les portes du conseil régional, mail Albert 1er, déterminés à mettre la pression à son président Claude Gewerc. Arrivés vers 10 h 15 en car, les manifestants ont quitté les lieux peu après midi alors qu'à deux pas de là, des colonnes de CRS s'étaient formées en vue d'une possible descente vers la préfecture des ouvriers de l'usine Goodyear.

« On veut une position claire des élus »

Au cœur de leur mobilisation : le chantier, en cours de construction, d'une exploitation géante capable d'accueillir 500 vaches allaitantes et leur suite ainsi qu'un méthaniseur au Nord d'Abbeville. Hier, ils sont venus demander au président de la Région de prendre une position claire sur le sujet et un moratoire afin de stopper le chantier en cours. « Sollicité au mois d'octobre, M. Gewerc n'a jamais pris la peine de nous répondre, aujourd'hui, nous sommes venus lui dire que nos élus, et donc le conseil régional, ne peuvent pas, d'uncôté, nous dire qu'ils soutiennent le bio et les actions liées au développement durable et, de l'autre, ne pas se mouiller quand des projets comme celui-là arrivent sur notre territoire », s'emporte Gilberte Wable, membre du conseil d'administration de Novissen.


Une délégation composée des membres de l'association a finalement été reçue par le directeur de cabinet qui leur a confirmé que Claude 
Gewerc les recevrait le 10 janvier prochain. « Nous demanderons une réponse politique ce jour-là et pas de langue de bois sinon d'autres actions seront menées », ont prévenu les manifestants.

T. D.

*****************************************************************

"Le Courrier Picard " du 04 décembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*****************************************************************

"Le Journal d'Abbeville " du 04 décembre 2013

 

*****************************************************************

 

"Le Courrier Picard" du 03 décembre 2013

 

Novissen demande des comptes

Par EMMANUELLE FAUQUET

 
| MILLE VACHES |

Dans cette association hostile à la construction d'une ferme industrielle, des questions sont posées,des jalons aussi. Et les réactions restent vives.

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Où allons-nous ? » « Avons-nous des chances d'aboutir ? » « Oui » , a répondu Michel Kfoury, président de Novissen, en ouvrant,

 

vendredi soir, à Drucat, l'assemblée générale de cette association hostile à la construction, en cours, d'une ferme de 500 vaches et

 

d'un méthaniseur à Drucat et Buigny-Saint-Maclou, près d'Abbeville. « La bataille est rude et longue, mais nous mettons toutes les

 

chances de notre côté et nous pouvons gagner. » Michel Kfoury a dressé le bilan de l'année : la colère d'avoir vu le permis de construire

 

être accordé et le chantier démarrer, celle de subir « une présence policière disproportionnée», lors des manifestations. A contrario,

 

il s'est félicité de la multiplication des soutiens, de l'élargissement de l'audience au niveau national et de la caution des experts prouvant

 

les dangers. « On commence à comprendre qu'à travers l'élevage industriel, c'est la santé de tous et l'emploi agricole qui sont bradés

 

au profit d'une logique financière », a souligné M. Kfoury. 
Actions en cours 
L'association engage les personnes se trouvant dans le rayon des nuisances à s'adresser à leur assureur dans le cadre de la protection
juridique. Cette démarche, qui n'entraîne pas de coût financier, a déjà été entreprise par 190 personnes. Novissen se rendra au c onseil
régional ce jeudi 5 décembre, à 10 h 30, son président n'ayant pas répondu à une demande de rendez-vous. 

À partir de janvier, des manifestations seront organisées tous les 15 jours devant les préfectures de toute la France, par des opposants.
Des actions seront menées afin d'obtenir la suspension du permis de construire et d'attaquer l'autorisation d'exploiter. En février, l'association prévoit de demander aux candidats aux élections municipales abbevilloises de « donner leur position ». Sylvain Vaquez, agriculteur à Hallencourt,
s'est déclaré « scandalisé. Le montant de nos primes, donc de vos impôts, va servir à l'enrichissement d'un seul homme. Il n'y a pas d'emplois à la clef. Un jour , il n'y aura plus de petits paysans. Je ne comprends pas pourquoi les paysans ne bougent pas. On a quitté le bon sens commun, le système est phagocyté par le fric » , a-t-il amèrement constaté. Un intervenant a demandé à élargir le débat au problème du méthaniseur :
« Les gens vont peut-être se réveiller si on parle des ordures ». Une autre personne estime que « si ce projet passe, c'est un basculement de toute l'agriculture française ». Un habitant de l'Aisne a, quant à lui, parcouru 150 km pour venir et « s'attend à mener cette lutte chez lui. « On s'est aperçu que les agriculteurs de chez nous sont pour ce type de projet.Ils se foutent des vaches, mais pas du pognon ! »

EMMANUELLE FAUQUET

*****************************************************************

"Inform'Action" du 29 novembre 2013

 

 

 

*****************************************************************

 

"Le Journal d'Abbeville" du 27 novembre 2013

 

*****************************************************************

"Blog des citoyens Diois" du 23 novembre 2013

 

*************************************************************

"Picardie Nature" Communiqué de presse du 22 novembre 2013

*****************************************************************

"Le Courrier Picard" du 22 novembre 2013

 

http://www.courrier-picard.fr/region/ferme-des-1000-vaches-six-gardes-a-vue-apres-le-raid-nocturne-ia174b0n246261

*****************************************************************

"Agora Vox" du 21 novembre 2013

 

http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/polemique-des-elevages-geants-en-41900

 

*****************************************************************

"Toute l'actualité de la Picardie" du 21 novembre 2013

 

http://picardie.infosreg.fr/ferme-des-1000-vaches-sortie-de-garde-a-vue-pour-michel-kfoury-et-les-5-militants-de-la-confederation-paysanne/

*****************************************************************

"Reporterre" du 21 novembre 2013

 

http://www.reporterre.net/spip.php?article5039

 

*****************************************************************

"Le Courrier Picard" du 21 novembre 2013

(article en picard ou en français au choix)
interview de Brigitte Bardot :

Brigitte Bardot à la Une du journal :

 

 

 

 

 

*****************************************************************

 

" France 3 Picardie " du 21 novembre 2013

 

 

 

http://picardie.france3.fr/2013/11/21/ferme-des-1000-vaches-sortie-de-garde-vue-pour-michel-kfoury-et-les-5-militants-de-la-confederation-paysanne-362505.html
*****************************************************************

 

"France 3 Picardie" Journal régional 19/20 du 21 novembre 2013

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=nz21m9Ll1vA&feature=youtu.be (2'14")

 

*****************************************************************

 

"Le Journal d'Abbeville ", du 21 novembre 2013

 

 

 

http://www.lejournaldabbeville.fr/2013/11/21/novissenferme-des-1000-vaches-6-personnes-en-garde-a-vue/

 

à noter: la plainte "pour vol" a été muée en plainte "pour intrusion".

 

*****************************************************************

 

"La Confédération Paysanne", communiqué de presse du 21 novembre 2013

 

 

 

http://www.confederationpaysanne.fr/rp_article.php?id=2094

 

 

 

et Brèves de campagne- Envie de paysans n°5

 

1000 vaches : vaches contre matraques

 

À l'heure où le modèle agro-alimentaire breton s'effondre de toutes parts, que les empires financiers, ayant prospéré en suçant la Bretagne jusqu'à la moelle en éradiquant tous les paysans, s'enfuient maintenant

 

vers des contrées plus appétissantes, que le marché continue de broyer les hommes et l'environnement, l’État laisse Michel Ramery construire tranquillement son usine à lait.
Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?


Tenaces, les vaches en colère se sont rendues au ministère de l'Agriculture, le 15 novembre dernier, pour mugir leur indignation. Revivez cette action en images ! https://www.facebook.com/media/set/?set=a.553479218064022.1073741848.467299666681978&type=3

Mais qui se cache derrière les 1000 vaches? Michel Ramery, 349ème fortune de France, philanthrope et sauveur de l'élevage laitier

 

 

 

http://enviedepaysans.fr/blog/2013/11/michel-ramery-lentrepreneur-en-btp-derriere-la-ferme-aux-mille-vaches/

 

*****************************************************************

 

"La Confédération Paysanne" - "Le fil paysan"- la Newsletter du 22 novembre 2013

 

1000 vaches : Ce ne sont pas des gardes à vue qui nous feront plier ! 

 

Un pas de plus a été franchi dans le bras de fer entre les opposants au projet de ferme-usine des 1000 vaches et son promoteur.

 

Ce jeudi 21 novembre, des militants de la Conf', dont le porte-parole, ont été convoqués à la gendarmerie d'Abbeville et immédiatement placés en garde à vue. Au même moment, le président de l'association de riverains Novissen était lui aussi entendu dans une autre gendarmerie. 7h plus tard, tout le monde a été libéré.

 

On attend donc désormais de connaître les suites de cette affaire. Jusqu'où oseront-ils aller pour criminaliser une action syndicale qui a permis de mettre en lumière l'industrialisation de l'agriculture et la menace qu'elle fait peser sur l'avenir des paysans ?

 

En tout cas, s'il s'agissait de faire taire la Confédération paysanne sur ce projet de ferme-usine, c'est peine perdue. Quelques jours plus tôt, alors que les convocations étaient déjà arrivées, la Conf' et ses partenaires sont allés montrer leur détermination au ministère de l'Agriculture. Ils ont essayé en fait puisque les forces de l'ordre, très nombreuses, ne leur ont pas permis d'approcher (photo).

 

Mais nous étions là. Nous n'avons pas fui, comme nous ne reculerons pas devant les tentatives d'intimidation de Michel Ramery, promoteur du projet. Ce symbole de l'industrialisation de l'agriculture, d'un « modèle » qui conduit à l'élimination des paysans, à la destruction de l'environnement, à la dégradation de l'alimentation, ne doit pas voir le jour.

 

 

 

*****************************************************************

 

"Le Figaro.fr" avec AFP, du 21 novembre 2013

 

 

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/11/21/97002-20131121FILWWW00618-ferme-des-mille-vaches-6-personnes-arretees.php

 

  • "Ferme des mille vaches": 6 personnes arrêtées.
  • Six opposants à "la ferme de 1.000 vaches", projet controversé de ferme laitière dans la Somme, ont été placés en garde à vue dans le cadre d'une enquêtesur des dégradations du chantier, ont déclaré jeudi des sources concordantes.

    Cinq militants de la Confédération Paysanne étaient convoqués aujourd'hui à 9H00 à la gendarmerie d'Abbeville, avec parmi eux le porte-parole national.
    Le président de l'association Novissen d'opposants locaux au projet, Michel Kfoury, était lui à la gendarmerie de Gamaches, ont indiqué les gendarmes.

    "Ils étaient convoqués pour une audition, ils ont été placés en garde à vue immédiatement", a déclaré un juriste de la Confédération Paysanne.

    Dans la nuit du 11 au 12 septembre, une vingtaine de personnes se sont introduites sur le chantier de la ferme des 1.000 vaches à Drucat près d'Abbeville, pour immobiliser les engins de chantier et produire un immense tag de 250 m de long stipulant "Non aux 1.000 vaches", une action revendiquée par la Confédération

    *****************************************************

    "CIWF", du 21 novembre 2013

    ************************************************************* 

    "Le Courrier Picard", du 20 novembre 2013

    http://www.courrier-picard.fr/region/mille-vaches-novissen-et-la-confederation-paysanne-ia201b0n244519

    **************************************************************

    "Blog France 3 Picardie, la mer", du 20 novembre 2013

    http://blog.france3.fr/picardie-la-mer/2013/11/20/ferme-des-1000-vaches-la-confederation-paysanne-convoquee-jeudi-a-la-gendarmerie.html

  • **************************************************************

    "Le Journal d'Abbeville ", du 20 novembre 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*****************************************************************

"France 2" Journal Télévisé de 20 heures, du 18 novembre 2013(reportage de 4' 26)

 

*****************************************************************

"Newspress" - communiqué de la Confédération paysanne du 18 novembre 2013

 

*****************************************************************

"Le Courrier Picard", du 17 novembre 2013

 

 

*****************************************************************

 

"Le Parisien" du 16 novembre 2013

 

 

 

 

 

**************************************************************

  • "Libération" du 16 novembre 2013

     
     

    Michel Ramery, l'entrepreneur en BTP derrière la ferme aux mille vaches

  • Sylvain MOUILLARD 16 novembre 2013 à 13:42

     

    (Manifestation de la Confédération paysanne contre le projet de ferme des 1 00 vaches au siège du groupe Ramery, le 12 septembre 2013). (Photo Philippe Huguen. AFP)(voir la photo en cliquant sur le lien)

  • PORTRAIT

  • Ce patron nordiste, 369e fortune de France, porte le projet de ferme des mille vaches dans la Somme. Son profil inquiète les opposants.

  • Un symbole des dérives de «l’agrobusiness». C’est le principal argument des opposants au projet de ferme de 1 000 vaches qui doit ouvrir l’an prochain dans la Somme. Mais un autre facteur cristallise les mécontentements : la personne de Michel Ramery, l’homme qui finance cette étable géante et son méthaniseur. «Il n’a pas une démarche agricole. Et son image controversée n’arrange rien», souligne Barbara Pompili, députée (EE-LV) de la Somme.

    Cette image controversée, c’est d’abord celle d’un «financier», qualificatif qui revient très régulièrement chez les antis. Avec une fortune estimée à 120 millions d’euros, selon le magazine Challenges, Ramery est la 369e personnalité la plus riche de France. L’homme, âgé de 64 ans, règne sur le BTP dans le nord de la France, et taille des croupières aux géants du secteur. Depuis 2007, il a remporté 772 marchés publics en Picardie, Haute-Normandie et Nord-Pas-de-Calais, contre… 214 pour Vinci et 74 pour Bouygues.

     

    L’irruption soudaine d’un acteur si important dans le monde agricole dénote. «On n’a rien contre le projet en tant que tel, mais ce modèle d’investisseur extérieur n’est pas celui qu’on défend, explique Olivier Thibaut, secrétaire général des producteurs de lait de la Somme. On préférerait des regroupements de jeunes agriculteurs, indépendants. Car on sait très bien que les futurs salariés de M. Ramery n’auront pas leur mot à dire.»

     

    3 550 salariés et 541 millions d’euros de chiffre d’affaires

     

    Philippe Beauchamps, président du directoire du groupe Ramery, s’insurge contre le «portrait» fait de son patron, une connaissance de trente ans. «On dit que c’est un financier, mais il vient du monde agricole. Il a travaillé dès ses 14 ans chez ses parents, qui étaient agriculteurs à Erquinghem-Lys (Nord). Il dort encore aujourd’hui dans la chambre où il a grandi enfant.» A l’en croire, Michel Ramery n’hésite pas à mouiller la chemise. «L’été, c’est lui qui fait la moisson. Il se couche à cinq heures du matin et se lève à huit heures pour reprendre.»

     

    Cette belle histoire commence en 1972. Michel Ramery, 23 ans, lance son entreprise de travaux agricoles. Peu à peu, le groupe s’étend - jusqu’en Algérie - et se diversifie. Travaux publics, bâtiment, environnement, gestion des déchets : l’an passé, Ramery employait 3550 personnes et affichait un chiffre d’affaires de 541 millions d’euros. La succession est en bonne voie : le fils Matthieu est président de Ramery Environnement et de Ramery Travaux Publics.

     

    Mais ces nombreuses activités ne comblent pas entièrement Michel Ramery. «Il avait ce projet de ferme laitière en tête depuis quatre ou cinq ans», explique Philippe Beauchamps. En 2009, Ramery se lance et s’associe à des producteurs de lait locaux au sein d’une société civile laitière, «Lait pis carde». Une structure qui lui permet de constituer le futur cheptel. Par ailleurs, l’entrepreneur nordiste est également gérant de la société civile d’exploitation agricole «Côte de la justice», qui exploitera la ferme des 1 000 vaches.

     

    «On veut rester en dehors de tout ça»

     

    Michel Ramery donne de sa personne pour porter le projet. Henri Gauret, maire de Drucat, la commune voisine, se souvient de leur première rencontre, fin 2010. «Je n’avais pas d’idée préconçue sur ce projet d’étable géante. M. Ramery a affrété un avion privé pour une quarantaine de personnes et nous a emmenés en Allemagne pour visiter des fermes de ce type, à côté d’Hambourg et de Brême. J’y suis allé, mais j’ai insisté pour payer ma place, et j’ai bien fait.»

     

    Dans la Somme, les méthodes de l’entrepreneur font débat. Toutes sortes de bruits circulent. Certains évoquent sa propriété à 500 mètres de la future étable, un ancien corps de ferme qu’il aurait transformé en «forteresse», avec «grillages» et «barbelés». D’autres insistent sur sa proximité supposée avec les élus et notables du coin. Les agriculteurs, eux, s’expriment à mots couverts. «Beaucoup n’osent pas trop dire qu’ils sont contre le projet», dit Henri Gauret. Un exploitant laitier confirme : «On veut rester en dehors de tout ça.» La raison : l’influence supposée de Ramery auprès du Crédit agricole, la banque clé du secteur.

     

    Il y a aussi la question sensible du foncier, dont Ramery a besoin pour l’épandage du lisier issu de la méthanisation. «Il rachète les terres deux à trois fois leur prix, juge Claude Dubois, membre de l’association Novissen opposée au projet. Ça handicape les jeunes agriculteurs.» Beaucoup redoutent qu’avec sa puissance financière, Ramery n’ait aucun mal à faire aboutir les transactions.

     

    Conflit d’intérêts et lobbying

     

    Un autre point est souvent cité par les opposants : le conflit d’intérêts qui toucherait Eric Mouton, le maire de Buigny-Saint-Maclou, la commune qui accueillera la ferme. L’homme, architecte, en a aussi dessiné les plans. Montant du contrat : 40 000 euros. «Tout travail mérite salaire», se défend Mouton, qui conteste tout conflit d’intérêts. Même si, reconnaît-il, c’est bien Ramery qui a payé son déplacement en Allemagne pour y visiter des étables géantes.

     

    Ce lobbying intensif n’est pas le dernier reproche formulé à l’égard de Michel Ramery. Le 12 septembre, Michel Kfoury, le président de Novissen, a déposé une plainte pour menaces à la gendarmerie d’Abbeville. En cause : une altercation sur le site de la future exploitation avec Michel Ramery, qui lui aurait lâché : «Tu nous emmerdes ! Je sais où tu habites, je vais tout défoncer.»

     

    Contacté à plusieurs reprises par Libération, le groupe Ramery n’a pas donné suite, se contentant de ces seules explications du service communication : «On a pris le parti de ne plus communiquer. On avait beaucoup investi là-dedans et les retours ont été très mauvais, ça a empiré les choses. On ne souhaite pas mettre d’huile sur le feu sur un sujet très polémique.»

     

    De multiples procédures judiciaires

     

    Franck Berton, l’avocat de Ramery, confirme cette situation tendue. Il signale que son client a déposé plusieurs plaintes après avoir subi «injures, menaces et dégradations». Depuis quelques années, l'avocat lillois défend le groupe, dont le nom apparaît dans plusieurs procédures judiciaires en cours. Philippe Beauchamps, son président du directoire, a ainsi été mis en examen en janvier 2012 pour recel d’abus de biens sociaux et corruption privée dans l’affaire Gervais Martel. Le groupe Ramery avait versé deux millions d’euros à l’ancien président du Racing Club de Lens. Rien d’illégal, selon l'entreprise, qui parlait d’une opération réalisée «conformément à la législation». Ce n’était pas l’avis des enquêteurs, qui suspectaient une contrepartie occulte à l’attribution au groupe Ramery de la rénovation du stade Bollaert. Me Berton, lui, «conteste évidemment» cette information judiciaire.

     

    Par ailleurs, Libération a appris de source judiciaire que le nom du groupe Ramery apparaissait dans deux des trois informations judiciaires ouvertes pour corruption et abus de biens sociaux au sein de la fédération socialiste du Pas-de-Calais. Ce dossier, conséquence de l’affaire Dalongeville, fait l’objet d’investigations confiées à la brigade financière de Paris. Pour le moment, personne n’a encore été mis en examen.

     

    A lire aussi le reportage «Les mauvais comptes des mille et une vaches»

     

    Sylvain MOUILLARD

    **************************************************************

    "Libération" du 15 novembre 2013

     

    vidéo de Cécile Bourgneuf

     

    Une cinquantaine de manifestants, dont des membres de l’association de riverains Novissen et de la Confédération Paysanne, se sont rassemblés vendredi aux abords du ministère de l’Agriculture à ...

    PLUS

    Une cinquantaine de manifestants, dont des membres de l’association de riverains Novissen et de la Confédération Paysanne, se sont rassemblés

    vendredi aux abords du ministère de l’Agriculture à Paris. Mais le cortège a été bloqué par les forces de l’ordre. Les manifestants réclament un

    moratoire sur le projet de ferme géante alors que le chantier est en cours à Drucat dans la Somme. La plus grosse étable de France doit ouvrir au

    printemps. Plus de 1 000 vaches laitières y seront regroupées dans un hangar de 234 mètres de long sans voir la lumière du jour.

    Cécile BOURGNEUF

     

    Très bonne vidéo ! A voir 

     

    et : http://dl.free.fr/qoBzM3S40>

    http://www.liberation.fr/video/2013/11/15/non-a-la-ferme-aux-1-000-vaches_947302

    **************************************************************

    "L214" - photos de l'action du 15 novembre 2013

     

    http://animaux.l214.com/manifestations/2013/1000-vaches-en-colere-devant-le-ministere-de-l-Agriculture

*****************************************************************

"Le Courrier Picard" du 15-16 novembre 2013

 

http://www.courrier

Libération " du 31 octobre 2013

(L'article est en double page centrale).

http://www.liberation.fr/economie/2013/10/30/les-mauvais-comptes-des-mille-et-une-vaches_943529

 

Les mauvais comptes des mille et une vaches

Sylvain MOUILLARD Envoyé spécial à Drucat (Somme) 30 octobre 2013 à 20:46

A Drucat, le magnat du BTP Michel Ramery entend installer, à terme, 1 000 vaches sur une surface de 5,7 hectares. (Photo Vincent Nguyen. Riva Press )

La plus grosse étable de France va voir le jour dans la Somme. Une apologie du modèle intensif qui

suscite l’ire des riverains.

Maisons bien entretenues, pelouses impeccablement tondues : Drucat est un petit village de campagne cossu, posé à quelques kilomètres d’Abbeville, dans la Somme. Rien, a priori, n’indiqueque l’endroit est devenu l’épicentre de la résistance à l’agrobusiness, si ce n’est cette succession de pancartes jaune fluo accrochées au mobilier urbain ou aux grilles des bâtisses. Partout, lemême message : «Ferme-usine des 1 000 vaches : non !»

Faux pas. Au printemps, la plus grosse étable de France doit ouvrir. A terme, 1 000 vaches laitières seront regroupées dans un hangar de 234 mètres de long, ouvert aux quatre vents. Chaque bête

passera à la traite trois fois par jour, posée sur un tapis rotatif. Le reste du temps, pas question d’aller au pré : un espace de 10,5 m2 lui sera réservé, pas plus. Le projet ne s’arrête pas là : 750

veaux et génisses seront également élevés sur le site de 5,7 hectares. Enfin, un méthaniseur de 1,5 mégawatt doit sortir de terre dans le bois d’à-côté. Objectif : traiter les déjections des bovins

pour en faire de l’électricité. Le montant total des investissements se chiffre à 11 millions d’euros.

 

L’homme à l’origine du projet n’est pas vraiment du cru. Il s’appelle Michel Ramery et a réussi dans le BTP. Nanti d’une fortune estimée à 120 millions d’euros, il est la 349e personnalité la plus

riche de France, selon Challenges. Son pedigree a braqué les opposants, réunis au sein de l’association Novissen (1). Depuis deux ans, de tribunaux en manifestations, ils mènent la lutte. Francis Chastagner, ancien prof d’anglais de 62 ans, est un des historiques : «Ramery, en arrivant ici, ne pensait pas qu’il allait tomber sur une bande de retraités encore actifs.» Au début, les

anti se mobilisent pour des raisons diverses : volonté de défendre leur cadre de vie, crainte des nuisances olfactives, souci du bien-être animal… «Mais, au fur et à mesure, on a approfondi

notre connaissance du dossier et on en est arrivé aux choix de société et du modèle agricole», développe Francis Chastagner. A leurs yeux, le projet de Ramery multiplie les faux pas. Au

niveau sanitaire, d’abord. L’étable sera située à 600 mètres des premières habitations, dans le hameau du Plessiel, «sous les vents dominants». Cette proximité inquiète les riverains, qui font

remarquer que la concentration du bétail renforce les risques d’épizootie. «Les animaux seront bourrés d’antibiotiques préventivement», redoute Vincent Chombart, porte-parole de la

Confédération paysanne dans la Somme.

 

Le méthaniseur aussi sème le trouble. L’enquête publique a conclu à «un impact acceptable [des rejets] sur les populations en terme toxique et cancérigène». «Acceptable», le mot inquiète

«En Allemagne, une installation de cette puissance doit être située à au moins 2 km des premières habitations», signale Michel Kfoury, médecin et président de Novissen. Le

traitement des déchets issus de la méthanisation - les «digestats» - pose aussi problème. Il faudra en gérer 40 000 tonnes par an. Or, pour l’heure, le groupe Ramery ne dispose pas des terres

suffisantes pour épandre ces boues résiduelles. Sur les 2 700 hectares requis, il n’en aurait qu’un bon millier. La préfecture ne lui a donc accordé un permis d’exploitation «que» pour 500 vaches.

Sauf que le permis de construire, lui, porte bien sur une installation pour 1 000 têtes. «Le véritable objectif de Ramery, c’est d’avoir suffisamment de bouses pour faire tourner son

méthaniseur, affirme Michel Kfoury. Le lait, ça ne l’intéresse pas.» Il faut dire que cette technique de production d’électricité a des avantages. Fiscalité préférentielle, possibilité d’aides

publiques… c’est bel et bien à un «dévoiement»des méthaniseurs agricoles que l’on assisterait, selon les opposants. D’autant qu’EDF assure au producteur le rachat de son électricité à un tarif subventionné (deux fois supérieur au prix du marché), et ce pendant quinze ans.

 

Dégâts. Pour la Confédération paysanne, ce projet est la parfaite illustration de la dérive de l’agrobusiness. «Les éleveurs passeront d’un métier noble et complet à celui d’assistant-machine

pour gérer le bon fonctionnement du robot de traite», estime le syndicat, qui pointe aussi les dégâts humains : «Pour obtenir les surfaces d’épandage nécessaires, il rachète les terres

à prix d’or, explique Vincent Chombart. Les jeunes agriculteurs n’ont plus les moyens de s’installer.» Les emplois, eux aussi, sont menacés. Selon la Confédération, la ferme géante risque de «diviser l’emploi par quatre». Ramery ne prévoit en effet d’embaucher, à terme, qu’une quinzaine de salariés.

 

Les défenseurs, de leur côté, fustigent le combat «d’arrière-garde» des opposants. «Les exploitants sont à bout. S’ils ne s’associent pas, ils arrêtent le lait», explique un agriculteur associé

à Ramery. Le groupe de BTP insiste aussi sur la totale «légalité» des procédures, signalant que tous les recours en justice ont été rejetés. Sur place, les travaux avancent bon train, une manière

de mettre les autorités devant le fait accompli. L’espoir des opposants repose désormais sur une intervention du ministère de l’Ecologie, qui a hérité du dossier. «Le projet Ramery, c’est quand

même le grand écart avec les engagements de Hollande en faveur d’une agriculture durable», remarque Francis Chastagner. Au cabinet de Philippe Martin, on s’avoue impuissant : «Ce

projet respecte toutes les réglementations, même si ce n’est pas le modèle que nous défendons.»

 

(1) Nos villages se soucient de leur environnement.

Photos Vincent Nguyen. Riva Press

Sylvain MOUILLARD Envoyé spécial à Drucat (Somme

*****************************************************************

"FR3 Picardie - "La voix est libre " du 19 octobre 2013

http://picardie.france3.fr/emissions/la-voix-est-libre/actu/jean-claude-buisine-depute-socialiste-de-la-somme-invite-de-la-voix-est-libre-samedi-19-octobre.html-0

(Le sujet commence à 5 minutes 25)

*****************************************************************

Agoravox " du 18 octobre 2013

 

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/mille-vaches-sur-un-plateau-ou-142236

Mille Vaches sur un Plateau ou comment faire de la Transition écologique… productiviste ?

L’affaire des mille vaches picardes avait déjà pointé son nez dans les médias dès la fin de l’été 2011 avec l’annonce d’un projet de ferme laitière géante dite des

« Mille vaches » associée à un méthaniseur industriel de 1,5MW en Somme dans les communes de Drucat-le-Plessiel et Buigny-Saint- Maclou, membre des

Communautés de Communes d'Abbeville et de Nouvion.

L’association de défense Novissen -acronyme de NOs VIllages Se Soucient de leur Environnement- est créée en novembre 2011 regroupant des habitants des

deux communes concernées et tous ceux que la dimension industrielle du projet inquiète.

On peut lire dans le Site de l’association Novissen les raisons de cette inquiétude :

• Raisons environnementales concernant les risques sanitaires et la pollution liés à la concentration excessive du bétail et aux résidus du méthaniseur
• Risques encourus par l’agriculture régionale : pression sur le foncier, dumping sur le prix du lait, disparition de petites exploitations, généralisation de ce modèle

d’agro business.
• risques particuliers liés au complexe industriel méthaniseur-centrale électrique : incendie, explosion, odeurs, évacuation et épandage des 40000 tonnes/an des

boues liquides.

L’ avis positif a été accordé par le Préfet de Région (absent !) le 9 août 2011 ; la phrase suivante n’est cependant pas très rassurante :

« Concernant le méthaniseur, une évaluation des risques sanitaires induits par les rejets de la combustion du biogaz et du traitement de l'air vicié du bâtiment

process a été menée. Elle conclut, malgré des hypothèses majorantes, à l'impact acceptable sur les populations des rejets du méthaniseur (méthane,

hydrogène sulfuré, monoxyde de carbone, composés organiques volatils...) en terme toxique et cancérigène. »

Novissen a obtenu la réduction du nombre de vaches allaitantes à 500 (plus les génisses de réserve, au moins 350) car les 3000 ha d’épandage n’étaient pas réunies

et le permis de construire a été signé finalement en mars 2013.

Agoravox s’est d’ailleurs fait l’écho de ce projet dans un article paru le 6 mars 2013. Le chantier a commencé dans les jours suivants.

Depuis, des manifestations diverses ont eu lieu, le 12 septembre avec la Confédération Paysanne qui a occupé le chantier, puis le 28 septembre une grande

manifestation unitaire sur le site avec participation de représentants syndicaux, politiques divers.

Un recours en justice a été mené mais le dossier reste bloqué et la partie civile n’a même pas eu tous les éléments techniques à sa disposition. Une pétition sur

internet a obtenu 41000 signatures.
L’ironie de l’histoire veut que la SCEA (Société civile d’exploitation agricole) porteuse du projet s’intitule « La côte de la Justice », comme quoi la justice est toujours

un long chemin de croix.

Aussi l’association Novissen a-t-elle lancé depuis le 11 octobre une action-moratoire par l’envoi d’au moins 2000 lettres au Ministre de l’Ecologie Philippe Martin ; pour

participer à cette action on peut en trouver les modalités sur le Site de l’association Novissen.

On peut trouver Sur le site Reporterre un excellent article du non moins excellent ex-journaliste-essayiste du Monde, Hervé Kempf, qui nous rappelle tous les dessous

de cette affaire d’agro sous.

On apprend ainsi :

  • comment le commanditaire du projet est un magnat local du BTP, propriétaire du groupe Ramery,
  • comment il s’est associé contre finance avec des éleveurs du secteur sous forme de SCEA afin de transférer leur quota laitier à la SCEA gérante, produire
  • des céréales pour le bétail et accessoirement épandre les boues résiduelles (il a réuni ainsi plus de 1000 ha, l’objectif final étant 3000ha nécessaires pour
  • l’épandage du projet complet et ses 1800 têtes),
  • comment la rentabilisation du projet basée d’abord sur les subventions de la PAC et de l’électricité obtenue par cogénération permettrait d’obtenir huit millions
  • de litres de lait/an à 270€ la tonne contre 350 pour une exploitation de 50 vaches,
  • comment M.Ramery entend faire de cet ensemble un projet pilote qu’il pourrait ensuite reproduire et commercialiser,
  • comment le groupe Ramery, très influent dans la Région, a même vu son nom cité dans les affaires récentes de financement occulte à la mairie de
  • Hénin-Beaumont et comment, dans le projet, le maire de la commune de Buigny est également l’architecte en charge de la construction de la ferme de près
  • de 250 m de long !

La démesure du projet nous interpelle d’autant plus qu’il se pare de l’un des plus beaux habits de la transition agricole, la récupération des déchets, leur valorisation

pour la production d’énergie et l’obtention de fertilisants.

Par ailleurs, les tenants du projet se réclament habilement du modèle écologique allemand que nos amis écologistes nous donnent si souvent en exemple ; ils se réfèrent même à des fermes semblables du nord de l’Allemagne : coopérative Milchquelle à Stüdenitz, au nord-ouest de Berlin, héritée de la RDA avec :

23 associés, • Main-d’œuvre : 40 UTH (dont 23 détenteurs de parts sociales) et 4 apprentis dont 24 personnes affectées aux 2040 bovins, • SAU : 1388 ha dont 395 ha de maïs ensilage, 393 de prairies naturelles, 190 ha de blé, 174 ha de seigle, 95 ha de colza, 89 ha de triticale, 24 ha d’orge. • Cheptel : 1030 Prim’holstein et leur suite, soit 984 jeunes bêtes
• Quota : 8 984 565 litres • Référence : 39,7 de MG. Et un méthaniseur de 500 KW.

Vous vous demandez ce qu’est la UTH ? : unité de travail humain ; et la SAU ? :surface agricole utile. J’ai découvert ces termes en lisant les comparatifs de différentes exploitations agricoles bio dans une revue professionnelle.

L’Allemagne a effectivement un temps d’avance sur nous en matière d’écologie et d’agriculture –bio compris-mais tout est loin d’être aussi rose que cela au pays des Verts. Leur bilan carbone global en atteste d’ailleurs : 9,1t CO2/h en Allemagne contre 5,6 en France.

Pourtant des fermes durables utilisant le système herbager d’ André Pochon dans le Nord de la France obtiennent sur des surfaces très moyennes des ratios comparables à la ferme des Mille vaches :

37 ha de polyculture-élevage, 10 ha de céréales (blé, escourgeon, avoine/orge), 3 ha de maïs ensilage,4.5 ha de prairies de fauche (ray-grass hybride / trèfle violet), 19.5 ha de pâtures (ray-grass anglais / trèfle blanc). Environ 2 ha de blé vendus. 136 500 litres de quota laitier pour 30 vaches

laitières. L’exploitant annonce même un excédent brut d’exploitation EBE de 40% sur lequel le MEDEF ne cracherait point !

Je suppose qu’il intègre dans ce calcul le montant des subventions européennes de la PAC qui doivent bien avoisiner les 20000 €/an mais que perçoivent aussi de

manière proportionnelle les grosses fermes. On peut discuter du principe de la PAC et de la fixation des prix mais c’est un autre débat, et encore faudrait il connaitre

la distribution de ces aides européennes.

Le service telepac nous donnait accès jusqu’en 2011 au montant des subventions reçues, mais suite à des demandes de la FNSEA cet accès public est depuis lors

très réduit ; ainsi en 2011 le montant des subventions perçues par une structure comparable à la SCEA « Cote de la justice » de l’époque devait être voisin de

115000 euros.

Je connais un exploitant en élevage bovin-viande bio avec auto production de céréales et maïs irrigué sur une quarantaine d’hectare qui touchait alors 54000 €/an.

Pour clore les infos sur la PAC on peut rappeler également que l’agriculture rapporte 11,2 Milliards au commerce extérieur de la France (2012) et que c’est à peu de

chose prés le montant perçu de la PAC.

En conclusion quelle peut être la dimension et le mode optimal pour une exploitation agricole ?

Les fermes usines ne peuvent en aucun cas être la bonne solution car dans tous les domaines, social, environnemental, sanitaire, énergétique, la balance

avantage/risque penche du mauvais côté.

Les enjeux énergétiques futurs et la conservation des sols doivent nous orienter vers l’agriculture bio plus économe en intrants externes si elle est bien conçue. La

dimension optimale dépend alors du type d’exploitation et de la structure foncière locale. Il faut savoir que l’agriculture bio a largement dépassé maintenant le stade

expérimental et qu’elle approche voire dépasse dans certains cas les rendements des méthodes classiques mais elle nécessite des apprentissages et des

connaissances précises.

J’ai eu l’occasion très récemment (18 septembre 2013) de visiter le plus grand salon européen des techniques et méthodes des agricultures bio et alternatives

Tech & bio, à Valence capitale de la bio-vallée de la Drome. Ce fut pour moi l’occasion de constater toute la richesse et toute la diversité de ces filières arrivées

maintenant à maturité ; tout comme l’agriculture actuelle l’agriculture bio ne sera pas non plus homogène.

Il y avait, représentées dans le salon, des structures allant de 4 à 200 ha (avec 2 associés +1 salarié CDI). Pour l’instant les fondamentaux de l’esprit bio semblent bien

ancrés : le respect de la terre, l’équilibre des relations avec l’environnement personnel, social et professionnel, la coopération, la recherche de circuits courts, la volonté

d’évolution technique et de connaissances.
Les problèmes du foncier agricole, de l’installation des jeunes et de la pression de l’agro-business resteront cependant les sempiternelles ornières

à éviter.

 

************************************************************

Contenu

Contenu

Contenu

Contenu

Contenu